Suite à un appel à projet, l’association a été choisie par la Métropole Rouen Normandie pour installer une ferme citoyenne et pédagogique en agroécologie au cœur du Parc naturel du Champ des Bruyères, à Rouen.

Depuis 2016, en lien avec la Métropole Rouen Normandie, l’association accompagne la mise en place de cette ferme citadine qui propose d’éduquer à la nature et à la nourriture, de sensibiliser aux enjeux écologiques et agricoles et d’accompagner les projets d’agriculture urbaine.

Depuis mars 2021, pour concrétiser son ouverture, les habitants de l’agglomération rouennaise participent à des chantiers au jardin, tous les mardis : création de semis et plants potagers, plantation d’une centaine de variétés de pommes de terre, semailles d’un engrais vert et autres activités agricoles ont ponctué le démarrage de la vie de la ferme. En décembre dernier, une quarantaine de personnes précédaient à la plantation d’un « verger insolite » aux arbres adaptés au changement climatique.

Un grand jardin comestible à portée des habitants de l’agglomération rouennaise

Grande ouverte sur les activités ludiques et sportives du parc, la ferme est visible et facilement accessible des habitants de l’agglomération rouennaise. Logée en lisière de plusieurs communes de la rive gauche et proche de quartiers de la politique de la Ville, la ferme propose, à chacun des habitants, de devenir un acteur de son alimentation. Il pourra (re)apprendre à cultiver et à cuisiner la nourriture de demain.

Inspiré des principes de la permaculture, c’est un lieu de production maraîchère, d’activités et d’animations. On y expérimente l’agriculture en ville avec un potager citoyen, une serre dédiée à la production de plantes bio, des champs de céréales, un verger d’arbres insolites, des plantes sauvages et médicinales.

Des alternatives alimentaires pour tous les citadins de la métropole rouennaise

La Ferme pédagogique des Bruyères organise des activités « de la terre à l’assiette » pour apprendre et échanger autour du jardin et de la cuisine écologiques, sans même quitter la ville : il s’agit de mettre ensemble les mains dans la terre puis de passer directement en cuisine, au grès du calendrier agricole et des saisons…

C’est ouvert à tous :

  • aux enfants, dans le cadre de leurs activités scolaires ou de loisir ;
  • aux citoyens : familles, jeunes ou aînés, usagers des centres sociaux et culturels, personnes en situation de précarité ou de handicap, jardiniers novices ou aguerris ;
  • aux habitants des quartiers limitrophes, habitués du lieu et sensibles à la reconversion d’un site emblématique ;
  • même aux touristes, en recherche d’une démarche de découverte plus écologique

Un centre de ressources en agroécologie urbaine

C’est un lieu de transmission, de mutualisation des savoirs et des savoir-faire en agro écologie qui irrigue le territoire de nouvelles idées et énergies. Il propose :

  • des conseils et des accompagnements d’initiatives publiques ou associatives, des projets de bailleurs sociaux,
  • des formations professionnelles et des expérimentations pour les institutions sociales, les acteurs socio-éducatifs et culturels, les intervenants sociaux, les urbanistes, etc.
  • des démonstrations en à l’appui d’un laboratoire à ciel ouvert,
  • un travail en réseau avec des experts et formateurs autour de l’agriculture,
  • un éveil à des vocations agricoles : découverte des métiers de demain, parcours de formation technique et/ou agricole,
  • des ateliers-animations sur mesure pour valoriser une démarche RSE dans les entreprises autour de thématiques mobilisatrices (cuisine, jardinage, biodiversité).

Voir aussi :